Émission en cours


Session d’information sur un projet de protection de la nature en Outaouais

Session d’information sur un projet de protection de la nature en Outaouais

24 mai 2023 à 6:59

Mise à jour le 4 juillet 2023 à 2:42

La députée fédérale de Pontiac, Sophie Chatel, a indiqué dans un communiqué, qu’une session d’information et d’échange avec la communauté de Kitigan Zibi Anishinabeg, les MRC de l’Outaouais et la ville de Gatineau. « En novembre 2022, nous avons organisé notre propre “COP15” régionale en Outaouais intitulé Du global au local: Mise en œuvre du Cadre mondial pour la biodiversité en Outaouais avec les élus locaux et acteurs clés en protection de la nature et de la biodiversité de l’Outaouais afin d’assurer leur mobilisation et la concertation de leurs efforts à l’échelle régionale. Lors de la réelle COP15 à Montréal, les gouvernements du Québec et du Canada ont entre autres réitéré leur engagement à atteindre la cible mondiale de conservation de 30 % de leur territoire d’ici 2030 en annonçant des investissements importants pour les initiatives de conservation de la biodiversité dirigées par des communautés autochtones », a expliqué la députée fédérale de Pontiac, Sophie Chatel.

C’est dans cet esprit qu’une proposition a émergé des discussions de la COP15 régionale : un projet de protection de la nature en Outaouais en collaboration avec les MRC et les acteurs en conservation, et mené par la communauté autochtone de Kitigan Zibi pour que les gouvernements puissent atteindre les cibles de biodiversité suivantes avec des données étoffées et complètes. En adoptant le Cadre mondial de la biodiversité de Kunming-Montréal de la COP15, le gouvernement du Québec et du Canada se sont engagés à rencontrer les cibles mondiales suivantes d’ici 2030: Cible 1 — diminuer à « près de zéro » la perte des aires très riches en biodiversité ; Cible 2 — s’assurer qu’au moins 30 % des milieux naturels dégradés seront en restauration ; Cible 3 — s’assurer que 30 % des milieux terrestres, d’eau douce, côtiers et marins, particulièrement ceux de haute importance pour la biodiversité, seront protégés. « Le projet que nous discutons aujourd’hui a le potentiel d’atténuer nos différends et de nous réunir autour d’un objectif plus grand que nature. La nature a le potentiel de purifier et de guérir. Sur cette base, nous allons être en mesure de contribuer localement aux objectifs du cadre mondial de la biodiversité de Kunming-Montréal », a mentionné Guillaume Lamoureux, président du CREDDO et maire de la municipalité de La Pêche. C’est grâce à des données scientifiques complètes que les élus et dirigeants auront les outils nécessaires pour prendre les meilleures décisions en matière de protection de la biodiversité et ainsi rencontrer les cibles. Effectivement, il ne s’agit pas que de protéger 30 % du territoire, mais plutôt 30 % des zones qui sont de haute importance pour la biodiversité. La collecte de ces données pour brosser un portrait complet de notre région est au cœur de ce projet. « La seule façon d’atteindre ces objectifs environnementaux sur notre territoire algonquin non cédé est de s’appuyer sur la sagesse, le respect et les connaissances des peuples des Premières Nations qui protègent ces terres depuis des temps immémoriaux. Travaillons donc ensemble, en partenariat, pour protéger notre nature, non seulement pour nous-mêmes, mais aussi pour nos enfants et leurs enfants », a affirmé Dylan Whiteduck, chef du conseil de bande de Kitigan Zibi. La communauté de Kitigan Zibi, les MRC de l’Outaouais et la Ville de Gatineau se rencontreront le mercredi 24 mai à Kitigan Zibi pour une session d’information et d’échange afin d’explorer les opportunités offertes par un tel projet régional unique de mobilisation pour protéger ensemble la richesse naturelle de l’Outaouais. 

« Je suis très fière de l’innovation des gens de notre région. Une douzaine d’organismes de conservation de la nature, des MRC et de la communauté autochtone se mobilisent et s’engagent à mutualiser leurs efforts et leurs ressources pour créer un projet collectif. Ce projet, qui sera mené par la communauté autochtone de Kitigan Zibi, est nécessaire à l’atteinte des cibles en matière de protection de la nature que le gouvernement du Québec et du Canada se sont données en adoptant le Cadre mondial de la biodiversité de Kunming-Montréal. L’atteinte de nos cibles passe par l’engagement du milieu et par une connaissance approfondie de la richesse et du potentiel de notre territoire, ce que ce projet souhaite apporter »,  a conclu la députée fédérale de Pontiac, Sophie Chatel.