Publicité Publicité
Émission en cours

En ce moment

Titre

Artiste


Publicité Publicité

Robert Dorion, grand adepte et spécialiste de la chasse, explique pourquoi il encourage la récolte de cerfs de Virginie qui ont trois pointes et plus sur un côté du panache il appuie l’initiative

Robert Dorion, grand adepte et spécialiste de la chasse, explique pourquoi il encourage la récolte de cerfs de Virginie qui ont trois pointes et plus sur un côté du panache il appuie l’initiative

24 octobre 2022 à 12:00

Mise à jour le 18 novembre 2022 à 4:46

Un chasseur du Pontiac, Robert Dorion, a accordé une longue entrevue à CHIP 101,9, dans laquelle il a expliqué pourquoi il appuyait l’initiative de l’organisme Uni pour la Faune, appuyé par trois MRC, dont la MRC de Pontiac, de la Vallée-de-la-Gatineau et d’Antoine-Labelle dans les Laurentides, afin d’améliorer de la qualité de chasse au cerf de Virginie sur leur territoire. Rappelons que cette initiative encourage la récolte de cerfs de Virginie qui ont trois pointes et plus sur un côté du panache pour un meilleur rétablissement de l’équilibre et assurer la pérennité des cheptels.

« Comme une première étape qui est donc d’essayer de récolter des mâles avec trois pointes et plus sur un côté du panache. Ça serait une bonne étape, un bon début pour essayer d’améliorer la qualité de la chasse. On a remarqué dans les dernières années une baisse dans le taux de succès et aussi une baisse dans la qualité des mâles qui sont récoltés. Puis, une façon d’assurer, c’est une façon parmi plusieurs, mais une façon qui est viable, qui est applicable aussi, qui est quelque chose qu’on peut réaliser. C’est de limiter la grosseur des bois qui sont récoltés. En réalité qu’est-ce que ça représente, c’est que les jeunes mâles qui sont encore un peu naïfs, qui ne sont pas habitués, qui passent à travers leur première saison de chasse où ils sont la pression et la chance d’être récoltés vont réussir à survivre à une deuxième saison. »
– Robert Dorion

Malgré cette demande, pour le moment, cette initiative n’est pas une règle. Par contre, Robert Dorion croit que le nouveau ministre de la Faune et des Parcs, qui est aussi ministre de l’Environnement, Benoit Charette, puisse procéder dès que possible à des changements, afin de rendre les conditions de chasse plus intéressante.

« Bien, écoute, ce serait intéressant que le nouveau ministre se penche sur le dossier, regardez pourquoi on est rendu où on est rendu. Peut-être, qu’est-ce qui a mené à cette situation-là pour commencer et voir s’il n’y a pas des mesures qu’on peut appliquer. C’est certain que, qu’est-ce qui l’UPF propose comme c’est là, c’est une étape parmi tant d’autres qu’on peut appliquer. Ce n’est pas une loi, c’est plus une suggestion comme c’est là, les trois pointes, pour le moment. On espère que ça va devenir une loi, mais, en même temps, on espère aussi que les chasseurs soient capables de faire un bout de chemin par eux même. Un des problèmes qu’on voit dans le Québec, c’est que les zones sont immenses. Ça fait que c’est difficile d’arriver avec un plan de gestion même si ce n’est pas réaliste, à mon opinion, d’avoir un plan de gestion qui s’applique à la grandeur de la province. »
– Robert Dorion

Notons que l’union entre les 3 MRC a aussi pour objectif de demander un décret au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec afin de mettre en application la restriction de la taille légale des bois pour tout le territoire québécois, pour ainsi promouvoir et défendre une saine gestion des activités fauniques.

L’entrevue complète avec Robert Dorion est disponible ici.