Émission en cours

Pontiac Drive

16:00 18:00


L’EntourElle demande certaines mesures au CISSSO

L’EntourElle demande certaines mesures au CISSSO

23 juillet 2019 à 12:00

Mise à jour le 13 septembre 2022 à 3:52

L’organisme l’EntourElle, qui vient en aide aux femmes victimes de violence conjugale dans le Pontiac, estime que la pénurie de logement dans la région de l’Outaouais a un impact sur la qualité des services offerts par la maison d’hébergement. La directrice générale de l’EntourElle, Gisèle Mousseau :

Dans un communiqué de presse publié le 8 juillet dernier par les sept maisons d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants de la région de l’Outaouais (la Maison d’Hébergement Pour Elles Des Deux Vallées, la Maison Unies-Vers-Femmes, l’Autre chez soi Inc., le Centre Mechtilde, la Maison Libères-elles, l’EntourElle et Halte-femmes Haute-Gatineau), la situation est dénoncée comme une conséquence importante auprès des femmes victimes de violence.

« Cette situation met non seulement en péril l’exercice du droit à un logement décent, mais aussi le droit à la sécurité. […] Cela nous empêche d’accueillir d’autres femmes et des enfants qui tentent de fuit la violence conjugale ».

En effet, certaines maisons d’hébergement, comme l’EntourElle, se voient obligées de refuser d’accueillir de nouvelles venues par manque d’espace, ce qui limite l’offre de services.

Pour l’intervenante jeunesse à l’EntourElle, Camille Gervais, c’est le côté humain qui l’affecte particulièrement.

En vue d’améliorer les services offerts à ces femmes, les sept maisons d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants de la région de l’Outaouais (la Maison d’Hébergement Pour Elles Des Deux Vallées, la Maison Unies-Vers-Femmes, l’Autre chez soi Inc., le Centre Mechtilde, la Maison Libères-elles, l’EntourElle et Halte-femmes Haute-Gatineau), ont rencontré, dans les derniers jours, le Centre intégré de santé et des services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) afin de proposer certaines pistes de solution. Parmi ces dernières, notons l’ajout d’une huitième maison d’hébergement. À nouveau, Gisèle Mousseau.

L’accessibilité au logement est un enjeu qui préoccupe actuellement beaucoup de régions du Québec, incluant l’Outaouais. Selon le 3e bulletin « Sous la loupe » de l’Observatoire de développement de l’Outaouais, publié en janvier dernier, il a été constaté que la région, particulièrement en milieu rural « s’inquiète entre autres de la pénurie de logements convenables ». Les données dévoilées dans le document montrent que le Pontiac se situe dans une position délicate, concernant le taux des besoins impérieux en matière de logement (conditions de vie des ménages incluant la taille, l’état et le coût du logement).

« Selon les données du recensement de 2016, c’est dans le Pontiac et la Vallée-de-la-Gatineau qu’on observe les taux de besoins impérieux en matière de logement parmi les plus élevés au Québec, alors que respectivement 16,2 % et 15,3 % des ménages se retrouvent dans cette situation. Seul le Nord-du-Québec, avec un taux de 16,4 %, les surclasse à ce triste palmarès, tandis que la MRC de Papineau, avec un taux de 14 %, arrive au cinquième rang après Montréal. »

Un tableau montre d’ailleurs l’évolution des besoins impérieux en matière de logement entre 2006 et 2016.

tableau_odo_taux_imperieux_logement.png

Selon les chiffres donnés, la situation « s’est dégradée de façon significative » en dix ans dans le Pontiac, la Vallée-de-la-Gatineau et Papineau.

Selon la directrice de la la Maison d’Hébergement Pour Elles Des Deux Vallées, Annick Brazeau, le CISSSO a entendu les requêtes des maisons d’aide et ces dernières espèrent maintenant que des mesures soient mises en place afin de soutenir le service offert aux femmes de l’Outaouais.

Rappelons que l’EntourElle offre des services pour contrer la violence faite aux femmes sous toutes ses formes, qu’elle soit physique, verbale, psychologique, sexuelle et économique. L’organisme, qui offre des services à cet effet, note aussi qu’il est important de briser le silence. Plus d’informations au www.lentourelle.com. Il est aussi possible de communiquer avec les intervenantes 24/7 au 819-683-2709.

L’entrevue complète de notre journaliste Élizabeth Séguin à ce sujet est disponible ici.