Publicité Publicité
Émission en cours

Cochaux Show

22:00 24:00

En ce moment

Titre

Artiste


Publicité Publicité

Le CSSHBO croit que les pratiques mis en place commencent à donner des résultats

Le CSSHBO croit que les pratiques mis en place commencent à donner des résultats

10 novembre 2021 à 12:00

Mise à jour le 13 septembre 2022 à 3:49

Le Centre de service scolaire des Hauts-Bois-de-l’Outaouais croit que les pratiques mises en place il y a quelques années commencent à donner des résultats. C’est ce qu’a déclaré le directeur général adjoint du CSSHBO, Stéphane Rondeau, concernant le taux de qualification qui atteint maintenant 65 %, une augmentation de 3 %.

« Il y a une augmentation des pourcentages, chez les filles, chez nos élèves réguliers, chez nos élèves à besoins particuliers. En fait, ce sont des statistiques fort encourageantes. Comme vous le mentionnez, on appuie ça, évidemment, sur les nouvelles pratiques que l’on a mises en place. Ses nouvelles pratiques là sont dans notre plan d’engagement vers la réussite et dans les projets éducatifs de chacune de nos écoles. Ça tourne autour de trois enjeux. Le premier, c’est l’inclusion et la réussite de chaque personne. Le deuxième, c’est des milieux de vie et d’apprentissages qui sont innovants, stimulants, accueillants et sécuritaires. »
– Stéphane Rondeau, Directeur général adjoint du CSSHBO

Stéphane Rondeau croit que le CSSHBO sera en mesure de faire encore mieux dans le futur, puisque les bonnes pratiques ont été établies depuis déjà quelques années. Il souligne que les étudiants reçoivent maintenant des analyses pour identifier leurs besoins spéciaux, dès leur rentrée à la maternelle.

« Effectivement, chacune de nos écoles et chacun de nos centres de formation ont des projets éducatifs et il y a des moyens qui sont concrets là-dedans. Je vais vous en donner quelques exemples. On parlait du suivi de chacun des élèves, alors, lorsqu’on parle de ce suivi rigoureux de chacun des élèves, c’est en fonction de leurs besoins. Ça touche autant des facteurs académiques que sociaux, par exemple, la santé et les relations, tout ce qui a un impact sur la réussite. On suit vraiment les élèves un à un avec l’ensemble des facteurs de vulnérabilité pour être en mesure de donner les bons services. Quand on parle de bons services, on parle par exemple de dépistage précoce. Dès leur arrivée à la maternelle, que ce soit à 4 ans ou à 5 ans, chaque enfant est analysé, évalué en fonction de ses besoins. »
– Stéphane Rondeau, Directeur général adjoint du CSSHBO

L’entrevue complète avec le directeur général adjoint du CSSHBO, Stéphane Rondeau est disponible ici.