Publicité Publicité
Émission en cours

La Nuit en direct

00:00 05:00

En ce moment

Titre

Artiste


Publicité Publicité

L’affaire de meurtre d’Harold Plugowsky survenu à Fort-Coulonge en 2020, franchit une nouvelle étape

L’affaire de meurtre d’Harold Plugowsky survenu à Fort-Coulonge en 2020, franchit une nouvelle étape

18 janvier 2022 à 12:00

Mise à jour le 13 septembre 2022 à 3:49

L’affaire du meurtre d’Harold Plugowsky, survenu à Fort-Coulonge le 2 septembre 2020, continue de cheminer dans le système judiciaire, alors qu’une enquête préliminaire a eu lieu la semaine dernière. Une enquête préliminaire est utilisée dans les cas graves pour déterminer si les preuves sont suffisantes pour procéder à un procès.

Rappelons les faits, le soir du 2 septembre 2020, la police a été appelée dans une résidence de la rue Principale à Fort-Coulonge, où elle a trouvé Harold Plugowsky, 61 ans, souffrant d’un grave traumatisme crânien. Son décès a été constaté quelques heures plus tard. Johan Mitchell Blake MacLennan, 37 ans à l’époque, a été arrêté puis accusé de meurtre au premier degré après une brève comparution devant le tribunal le 3 septembre.

Le procureur de la Couronne, Simon Pelletier, a expliqué que l’avocate de la défense Élise Pinsonnault a demandé une ordonnance de non-publication sur l’enquête préliminaire et qu’à ce stade, le juge doit se conformer à la demande.

« Lorsque c’est demandé par la défense au stade de l’enquête préliminaire, le juge n’a aucun pouvoir discrétionnaire », a-t-il déclaré.

Ainsi, les médias ne sont pas en mesure de rapporter aucun des témoignages ou détails fournis lors des audiences, qui se sont déroulées du 10 au 14 janvier.

Pelletier a noté qu’ils avaient entendu plusieurs témoins et que la procédure avait duré cinq jours. La prochaine étape du procès aura lieu le 9 février, lorsque la défense et la couronne présenteront leurs observations au juge, qui rendra sa décision sur les accusations à venir.

« Si le juge dit : “Je vais bien, ou il y a suffisamment de preuves pour poursuivre le meurtre au premier degré”, eh bien, cela a une implication. S’il dit “Eh bien, c’est un homicide involontaire” – ce qui je serais surpris, mais nous ne savons jamais – disons qu’il dit cela, alors nous sommes liés par cette décision. Nous devons respecter cela. »

Selon l’accusation, le procureur de la Couronne Simon Pelletier s’attendait à ce que la cause soit entendue par un juge et un jury de la Cour supérieure. Les soumissions auront lieu le 9 février à 9 h dans la salle d’audience 16 du Palais de justice de Gatineau.

Les procureurs de la Couronne pour le dossier sont Simon Pelletier et Stéphane Rolland. L’accusé est représenté par Élise Pinsonnault et Catherine Ranalli.