Émission en cours

Samedi de lire

07:00 08:00


La hausse des débits et des niveaux de la rivière des Outaouais serait amorcée selon le Comité de régularisation de la rivière des Outaouais

La hausse des débits et des niveaux de la rivière des Outaouais serait amorcée selon le Comité de régularisation de la rivière des Outaouais

10 avril 2022 à 12:00

Mise à jour le 13 septembre 2022 à 3:49

Le Comité de régularisation de la rivière des Outaouais a publié un communiqué de presse vendredi dernier pour informer les résidents du bassin versant qu’une hausse des débits et des niveaux d’eau le long de la rivière des Outaouais est anticipée en ce début de printemps. « Le Comité met en garde les résidents dans les basses terres le long de la rivière des Outaouais de Mattawa jusque dans la région de Montréal, qu’en période de crue printanière les niveaux d’eau peuvent parfois augmenter rapidement et causer des inondations mineures », a fait savoir le Comité.

Aucun signe d’innondation pour le moment
«Il n’y a actuellement aucun signe avant-coureur d’inondation à venir», a déclaré le Comité. Le communiqué de presse publié par le Comité de régularisation, est une tradition annuelle. Le Comité publue un communiqué lorsque s’amorce la crue printanière et lorsqu’on prévoit que les conditions en rivière le long du tronçon principal (soit de l’exutoire du lac Témiscamingue jusque dans la région de Montréal) pourraient dépasser les seuils d’inondations. Ce communiqué ne vise pas les résidents de l’Abitibi-Témiscamingue et des tributaires de la rivière des Outaouais.

« Il y a eu une fonte partielle de la couverture de neige plus tôt en mars. La quantité d’eau contenue dans la couverture de neige sur une grande partie du bassin était près de la moyenne à la fin du mois de mars, et la crue printanière s’amorce à la période où elle débute normalement. Toutefois, il est trop tôt pour prévoir les conditions de pointe en rivière. Le comité surveillera de près les effets des précipitations et des hausses de température tout au long de la période de crue printanière puisque ceux-ci peuvent entraîner une modification rapide des conditions en rivière. D’autres bulletins seront diffusés si les risques d’inondation devaient augmenter», a précisé le Comité.