Publicité Publicité
Émission en cours

Bonjour Pontiac

06:00 09:00

En ce moment

Titre

Artiste


Publicité Publicité

Fibre Pontiac a toujours espoir d’attirer Renmatix et sa bioraffinerie dans le Pontiac

Fibre Pontiac a toujours espoir d’attirer Renmatix et sa bioraffinerie dans le Pontiac

3 novembre 2021 à 12:00

Mise à jour le 13 septembre 2022 à 3:49

Même si le contrat de Pierre Vézina, qui avait auparavant un contrat avec la MRC Pontiac lié au développement du projet de Centre de valorisation de la biomasse forestière (CVB), n’a pas été renouvelé, le conseil d’administration de Fibre Pontiac réitère que le projet d’attirer une bioraffinerie sur le site de l’ancienne usine de la Smurfitt-Stone de créer un bio-parc est toujours dans les plans. C’est ce qu’affirme le président de Fibre Pontiac, Pierre Vézina ainsi que le directeur général du Groupement forestier du Pontiac, Martin Boucher, également membre du conseil d’administration de l’organisme.

« Pierre Vézina : Ce qu’on voulait faire, c’est vraiment une mise à jour de tout ce qui s’est passé dans la dernière année. Je continue à travailler parce que je crois beaucoup à ce projet là et je le fais de façon bénévole.
Martin Boucher : On a travaillé beaucoup sur ce dossier là, puis notre implication dans Fibre Pontiac nous permet de croire que un jour, peut-être, un projet pourra naître dans le Pontiac. »

Le plan demeure le même, attirer Renmatix et sa bioraffinerie permettant l’utilisation d’une technologie pour transformer la fibre de bois en produits alimentaires ou cosmétiques.

« Martin Boucher : C’est certain, au niveau du conseil d’administration, on a pris quand même un petit recul, suite aux événements qui se sont déroulés concernant le contrat de Pierre.
Pierre Vézina : On travaille beaucoup avec une firme américaine qui a développer une technologie pour la production de bioproduits.
François Carrier : Vous parlez ici de Renmatix ?
Pierre Vézina : Oui, on parle de Renmatix qui est une compagnie qui a développé une technologie pour la production de bioproduits en parlant de produits cosmétiques, de produits alimentaires. Là, il va y avoir une troisième étude qui va, elle, faire tout le lien entre la bioraffinerie et les autres unités de production que l’on veut installer autour de la bioraffinerie. Mais, pour que tout ça se concrétise au niveau opérationnel, ça prend absolument la bioraffinerie. »

Pierre Vézina a déclaré qu’il existe toujours une entente entre le Ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI) du Québec qui permettrait d’obtenir plusieurs millions à l’entreprise si celle-ci choisissait le Pontiac pour installer sa bioraffinerie. Le conseil d’administration de Fibre Pontiac a aussi révélé avoir rencontré le ministre de l’Économie et de l’Innovation du Québec et ministre responsable du Développement économique régional, Pierre Fitzgibbon au sujet du projet de Renmatix dans le Pontiac.

« Pierre Vézina : Vont-ils revenir ici ou pas, moi j’ai de très bonnes garantis qu’ils vont revenir. Pourquoi vont-ils venir ici, il y a toujours une question d’argent à travers ça et c’est tout de même un projet qui tourne autour de 90 à 100 millions. En ce moment, Renmatix a une entente avec le MEI et nous avons une entente qui confirme que le gouvernement du Québec est prêt à investir selon certaines conditions. Ce sont des conditions qui sont très facilement réalisables.
François Carrier : Est-ce qu’on a les ressources nécessaires en ce moment à Fibre Pontiac pour concrétiser ce projet d’envergure ?
Martin Boucher : C’est certain que, présentement, on met nos énergies de façon bénévole et si le dossier débloque et Renmatix que nous dit on débarque demain matin, alors c’est sur et certain que l’on va devoir trouver des fonds. Ça va devenir pratiquement un travail à temps plein pour accompagner Renmatix »

Voici un résumé concernant les procédés utilisés par Renmatix

L’entrevue complète avec Pierre Vézina et Martin Boucher au sujet de Fibre Pontiac, est disponible ici.