Publicité Publicité
Émission en cours

MEGA Bingo

19:00 21:00

En ce moment

Titre

Artiste


Publicité Publicité

« Dans la bonne direction, mais il faut demeurer prudent », juge Brigitte Pinard

« Dans la bonne direction, mais il faut demeurer prudent », juge Brigitte Pinard

25 janvier 2022 à 12:00

Mise à jour le 13 septembre 2022 à 3:49

La situation en Outaouais serait en train de se stabiliser et selon la directrice de la santé publique, la Dre Brigitte Pinard, nous nous dirigeons « dans le bon sens ». Celle-ci est toutefois demeurée prudente lors du point de presse du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de l’Outaouais, vendredi dernier (21 janvier).

« La situation en termes de nouvelles hospitalisations par semaine semble commencer à se stabiliser à l’image de la situation provinciale. Le nombre d’éclosions en milieu de soins et d’hébergement demeure élevé, donc environ 30 % des éclosions actives se retrouvent présentement dans les résidences privées pour ainés. Donc, nous observons une certaine stabilisation dans le nombre d’hospitalisations par semaine et aussi le nombre d’éclosions actives dans les milieux de soins et d’hébergement. La pression demeure toutefois très forte sur le réseau de santé. Je tiens aussi à remercier sincèrement l’ensemble de notre population pour tous les efforts réalisés dans les dernières semaines pour limiter les contacts sociaux afin de ralentir la transmission communautaire. Il y a eu beaucoup d’efforts réalisés dans les dernières semaines. On semble avancer présentement dans la bonne direction, mais il faut demeurer vraiment très prudent pour maintenir une stabilisation. »
– Dre Brigitte Pinard, Directrice de la santé publique en Outaouais

Le retour en classe qui s’est effectué la semaine dernière, « oblige la population à demeurer prudente », croit Brigitte Pinard. D’ailleurs, en date du mardi 25 janvier, les hospitalisations semblent avoir diminué, puisque ce nombre se situe selon les statistiques du CISSS de l’Outaouais, à 86, dont 7 personnes aux soins intensifs. Le nombre d’hospitalisations était près du double durant la fin de semaine dernière.

Cette diminution est en lien avec la nouvelle façon de gérer les hospitalisations et les soins afin de diminuer la charge sur les hôpitaux de l’Outaouais. Le directeur adjoint des services professionnels au CISSS de l’Outaouais, Nicolas Gillot, a tenu à expliquer le rôle des proches aidants, non seulement à l’hôpital, mais pour désengorger aussi les hôpitaux de la région.

« J’aimerais aussi préciser le rôle du proche aidant dans le contexte actuel où nous en sommes rendus de nos activités hospitalières. Un proche aidant qui se rend à l’hôpital peut aider à soulager nos équipes et aider nos patients à avoir plus rapidement un congé des hôpitaux et une récupération plus rapide notamment en accompagnant nos patients hospitalisés en les aidant à boire, en les aidant à manger et en les mobilisant à la chambre lorsqu’ils sont auprès d’eux. Il est primordial que nos proches aidants portent adéquatement les équipements de protection individuels. Selon nos règles de prévention clinique des infections qui ont cours dans les unités où ils seront. En effet, ils se protègent eux-mêmes, mais ils permettent aussi de protéger notre environnement, nos usagés et nos soignants. Le non-respect de ces règles pour une nécessité que l’on demande aux proches aidants de devoir quitter les installations du CISSS. Je voudrais aussi faire un rappel sur le rôle de l’hôpital. Une personne est admise avec un objectif de soin nécessitant le plateau technique de l’hôpital et une fois que cet objectif de soin est atteint, il est primordial de faciliter le retour de nos patients vers leur milieu de vie ou vers leur domicile. Car, nous estimons que c’est l’endroit le plus adapté pour favoriser la récupération et la guérison après l’hospitalisation. Comme exemple, je dirais qu’on se repose mieux dans son environnement, dans ses meubles, que dans un milieu hospitalier qui est un milieu qui vit 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Donc, qui peut être un milieu qui peut être déstabilisant pour les patients hospitalisés. Enfin, un dernier point et je finirai avec celui-là, au niveau du congé des hôpitaux, là encore, nous demandons le support de notre population. L’importance des proches à nous aider à faciliter le congé, car quand le congé médical est donné, il faut pouvoir libérer la chambre rapidement. »
– Nicolas Gillot, Directeur adjoint des services professionnels au CISSS de l’Outaouais

Notons que le gouvernement du Québec devrait annoncer aujourd’hui la réouverture des salles à manger dans les restaurants et des sports civils et parascolaires chez les moins de 18 ans, à partir du 31 janvier.

Le point de presse du 21 janvier dernier du CISSS de l’Outaouais est disponible ici.