Publicité Publicité
Émission en cours

Country favourites

18:00 24:00

En ce moment

Titre

Artiste


Publicité Publicité

Des conditions normales de la rivière des Outaouais, selon la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais

Des conditions normales de la rivière des Outaouais, selon la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais

5 mai 2022 à 12:00

Mise à jour le 13 septembre 2022 à 3:48

Depuis le mois d’avril, la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais, publie régulièrement des mises à jour sur les niveaux et les débits de la rivière des Outaouais durant la crue printanière. L’ingénieure en chef de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais, Manon Lalonde, a donné un aperçu de la crue printanière 2022 qui ressemble, selon Manon Lalonde, à des conditions « normales ».

« Cette année, on a des conditions printanières qui ressemblent beaucoup à des conditions tout à fait normales. Typiquement, la crue printanière débute vers la fin avril dans la région du Pontiac. Cette année s’est débutée un petit peu plus tôt, autour de la mi-avril. Ce qu’on a vu au cours des trois dernières semaines, c’est vraiment une fonte lente et graduelle de la neige. Il y a eu deux épisodes de pluie, un autour de la mi-avril, un autour de la fin avril qui ont fait des hausses de ruissellement temporaires. Les niveaux montaient un peu plus rapidement pour après ça redescendre. Ces pointes-là ont créé des inondations mineures à certains endroits dans les basses terres. Je sais que dans la région de Fort-Coulonge là. Des valeurs qu’on considère comme étant normales pour une crue printanière. »
– Manon Lalonde, Ingénieure en chef de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais

Malgré certaines inondations dans les basses terres des rivages de la rivière des Outaouais, le printemps 2022 n’a rien à voir avec la situation vécue il y a trois ans.

Manon Lalonde : Un déclin des niveaux et des débits alors, les gens vont voir les niveaux continuer à descendre graduellement.
François Carrier : On est loin de 2019.
Manon Lalonde : Oui, Dieu merci, on est loin de 2019, on ne veut pas revoir ça, et puis, mais, c’est pas nous qui décidons comme de raison, c’est dame nature. Mais, cette année, certainement, on voit des conditions normales et on l’apprécie bien.

L’entrevue complète avec l’ingénieure en chef de la Commission de planification de la régularisation de la rivière des Outaouais, Manon Lalonde, est disponible ici.